Tous les articles par Les Formations On-X

Comment être un romancier pro ?

Pour faire connaître votre roman, vous devrez en parler. Je vous conseille de mémoriser son résumé (une demi-page), cela vous évitera les trous de mémoire lorsque des lecteurs intéressés vous bombarderont de questions. Vous devez connaître votre bébé par cœur.

Pour faire connaître votre roman, vous devriez laisser des traces de votre passage… Il est maintenant possible de faire imprimer des cartes professionnelles à peu de frais. Ayez toujours des cartes professionnelles avec vous.

Aussi, prévoyez des marques-pages qui affichent la couverture et le résumé de votre roman.

Un détail important : il est conseillé de publier un roman par année afin d’éviter que votre public vous oublie et passe à un autre auteur.

J’ai remarqué, au fil du temps, que…

Bougez.

J’ai remarqué, au fil du temps, que le fait d’effectuer une tâche physique aide à activer le temps d’incubation de mes idées et, de toute manière, c’est souvent le seul moment où je peux vraiment terminer ces tâches. Vous savez ce que c’est… on écrit, on écrit, et le temps passe aussi rapidement que la vaisselle s’accumule sur le comptoir.

« Les écrivains devraient avoir une activité physique qui les obligerait à sortir de chez eux. J’en connais à qui cela ferait le plus grand bien. »

C’est ce qu’un ami m’a dit lors d’un repas.
Il n’a pas tort.

Si vous avez bonne mémoire, vous allez vous souvenir du message où j’expliquais que c’est en nettoyant ma maison que les idées confuses concernant mon roman se plaçaient au bon endroit dans mon plan. C’est en bougeant que je redevenais inspirée.

En fait, il y a des raisons physiques à cela. Lorsqu’on bouge, le sang circule mieux jusqu’au cerveau, et ainsi les fluides corporels permettent un meilleur apport électrique à tout le corps. En plus, les courbatures et les crampes musculaires disparaissent comme par magie !

Visualisez…

Lorsque j’écris, je permets à mon imaginaire d’entrer dans l’histoire en visualisant mon roman de la même manière que si j’étais en train de regarder un film. Sauf que… c’est moi qui écris le scénario du film !

Je retravaille, scène par scène, mon roman. Il arrive régulièrement que je m’installe en face de mon ordinateur et que les mots jaillissent en moi avec une simplicité remarquable.

Il m’arrive aussi, en me couchant le soir, de penser à l’aventure de mes personnages. Ainsi, je programme mes rêves et, le lendemain, j’ai une facilité incroyable à écrire. En utilisant cette méthode, il m’arrive régulièrement d’écrire une scène par jour et parfois en moins d’une heure. Ceci fait avancer rapidement mon projet et me permet un train de vie normal le jour.

Je vous dévoile une de mes techniques personnelles…

Une touche professionnelle…

Je vous dévoile une de mes techniques personnelles afin de mettre la touche finale à un roman. Ce n’est rien de compliqué et c’est très efficace.

Je lis le roman à haute voix et je m’enregistre. Par la suite, j’écoute l’enregistrement et cela me permet d’analyser le même texte sous un angle différent. Cette technique facilite la recherche des scènes qui ne sont pas fonctionnelles et les expressions trop régionales.
Votre roman doit se lire de manière fluide tout en gardant à l’esprit l’atteinte d’un dénouement exaltant pour le lecteur. C’est l’occasion parfaite de vous débarrasser des phrases sans signification et des expressions régionales.

Si vous avez bien fait l’exercice de relecture à haute voix, vous avez probablement remarqué que certaines ponctuations étaient en trop ou d’autres, manquantes. Vous allez prendre un moment pour corriger tout ça.

Laissez-moi me présenter…

Je suis née dans un minuscule village de la péninsule gaspésienne au Québec. J’ai grandi près de la mer, entourée de mes parents et de mes grands-parents maternels.

Alors que je n’avais que trois ans, mes parents sont déménagés dans le village voisin. Ma nouvelle maison était située le long d’une rivière bordée de peupliers. C’était magnifique.

À cette époque, de l’autre côté de la rue, une forêt presque vierge attendait d’être découverte. C’est là que j’ai passé la majeure partie de mon enfance à jouer à des chasses au trésor imaginaires en compagnie de mon labrador.

Enfant unique, rebelle et solitaire, je préférais lire plutôt que de jouer avec ceux de mon âge. Exploratrice dans l’âme, je me souviens de tous les emplacements où étaient cachés mes petits coffres remplis d’objets inusités. Malheureusement, une inondation majeure est venue engloutir mes trésors en 2007.

Aujourd’hui, la rue où j’ai grandi n’existe plus. Elle porte à présent l’appellation lugubre de zone sinistrée. La maison qui m’a vu grandir s’est transformée en un immense tas de débris qui a ensuite été mis aux ordures.

Mes souvenirs d’enfance, mes coloriages, mes photographies et mes jouets de petites filles : évanouis.

Mais trêve de propos tristes, je suis là et c’est tout ce qui compte.

J’ai d’abord étudié en administration des affaires, en graphisme Web et en bureautique. À l’âge adulte, j’ai rencontré l’amour et je suis déménagée dans la Baie-des-Chaleurs, en Gaspésie. Mon conjoint et moi avons alors créé une entreprise d’une dizaine d’employés. J’ai occupé le poste d’adjointe à la direction pendant une vingtaine d’années et délaissé mon côté créatif au profit d’un travail routinier.

Quelle catastrophe !

Car, au plus profond de mon âme, je suis une rêveuse. Une rébellion s’annonçait… Sur une période de quatre ans, j’ai étudié, de manière autodidacte, des façons d’écrire un roman. J’ai acheté des livres et appris à écrire à ma manière. J’ai griffonné des textes.

D’abord, écrire était une thérapie pour me libérer l’esprit, puis j’ai écrit par pur plaisir.

Inspirée par mes souvenirs d’enfance et attirée par la mer de nouveau, j’habite à présent un havre de paix en bord de mer et je partage mon temps entre la gestion de mon entreprise et l’écriture de mes romans.

lagriffont

Voilà. Vous savez tout.
Amitié xxx
Lucy Alex Griffont, romancière.

Pourquoi la réécriture est-elle nécessaire ?

Cette étape essentielle est cruciale, car elle permet d’ajouter ce qui semble manquer à votre roman et de retirer ce qui semble être de trop. La phase de réécriture implique plusieurs étapes. Je sais que vous aurez parfois l’impression de recommencer plusieurs fois le même travail, mais ce n’est pas le cas.

Je m’explique.

À mesure que votre roman progresse, vos idées se précisent et les textes s’ajustent en conséquence. C’est tout à fait normal. Il arrive aussi que les personnalités de vos personnages se modifient et que de nouveaux personnages s’ajoutent.

Un roman peut être comparé à un jardin en fleur. Durant la période estivale, certaines fleurs sont prêtes tôt en saison, tandis que d’autres resplendissent seulement tard à l’automne.

Comment protéger ses droits d’auteur ?

Il est légitime de vouloir protéger ses écrits. En tant que romancier, vous avez investi des mois ou des années à rédiger un manuscrit. C’est votre bébé, votre petit dernier. Il est naturel que la hantise de vous faire voler vos textes vous passe par la tête.

Voici la solution.

Avant de partager votre roman avec qui que ce soit, vous allez imprimer sur papier ou graver sur CD (ou clé USB) votre précieux manuscrit en deux copies.

Préparez ensuite deux enveloppes ou deux petits colis suffisamment grands pour contenir votre œuvre et sa copie. Qui sera le destinataire ? Vous. Qui sera l’envoyeur ? Vous, bien sûr !
Postez-vous les deux colis (ou enveloppes) individuellement. Le sceau postal vous fournira la preuve qu’à une date donnée, vous étiez l’auteur de l’œuvre.

Lorsque vous recevrez vos colis (enveloppes), ne les ouvrez pas ! En cas de litige, votre colis sera ouvert devant un avocat ou un notaire.